LUTTE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Accueil » Aménagement du territoire » Changements climatiques

L’adaptation aux changements climatiques : un enjeu plus perceptible que jamais

 

​Au cours des vingt dernières années, les aléas climatiques ont vu leur nombre doubler. Entre 2000 et 2019, environ 7 348 tragédies environnementales ont été enregistrées dans le monde par le Bureau des Nation Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR), tuant 1,2 millions de personnes et coûtant près de 3 000 milliards de dollars (ONU, 2020[1]).

Les aléas climatiques majeurs tels que les inondations, les canicules et les tempêtes sont des conséquences avérées du changement climatique, mais ne représentent cependant qu’une infime partie des enjeux auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés. Le GIEC évalue à 3,3 – 3,6 milliards le nombre de personnes grandement vulnérables au changement climatique. Le constat est aujourd’hui très clair : nos choix et nos actions présents seront déterminants pour l’avenir. Cependant, malgré une prise de conscience des enjeux climatiques actuels et à venir, et comme le souligne le rapport WGII du GIEC, les actions de réduction d’émissions de gaz à effet de serre permettront de réduire les dégâts et les pertes causées par le changement climatique, mais ne pourront en aucun cas les empêcher de se produire. Les résolutions qui seront prises et les actions qui seront mises en place durant la prochaine décennie détermineront la capacité d’adaptation au changement climatique sur le moyen et le long terme, des populations et des territoires.

Selon le rapport spécial du GIEC publié le 28 février 2022 : « Le changement climatique induit par l’homme, notamment l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements extrêmes, a causé des impacts négatifs généralisés et des pertes et dommages connexes pour la nature et les personnes, au-delà de la variabilité naturelle du climat. Certains efforts de développement et d’adaptation ont permis de réduire la vulnérabilité. Dans tous les secteurs et toutes les régions on observe que les personnes et les systèmes les plus vulnérables sont touchés de manière disproportionnée. La multiplication des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes a eu des effets irréversibles, les systèmes naturels et humains étant poussés au-delà de leur capacité d’adaptation. leur capacité d’adaptation. » Référence : https://report.ipcc.ch/ar6wg2/pdf/IPCC_AR6_WGII_SummaryForPolicymakers.pdf
À l’échelle du Québec, des bouleversements climatiques tels que les vagues de chaleur ou les inondations deviennent de plus en plus récurrents, et les projections soulignent que ces phénomènes vont perdurer et s’intensifier dans le temps. En effet, selon l’Institut National de Santé Publique du Québec, on estime que le nombre de jours où la chaleur sera supérieure à 30 degrés Celsius sera triplé d’ici l’horizon 2041-2070, passant de 5,2 jours à 27,2 par année. L’augmentation des vagues de chaleur, dont les effets sont accentués par la présence d’îlots de chaleur urbains, présentent un enjeu majeur en termes de qualité de vie et de santé publique. En plus des impacts sur la santé et sur le bien-être des citoyens, ces dérèglements climatiques auront une incidence économique majeure. C’est ce que met en avant le rapport « Analyse coûts-avantages des options d’adaptation inondations et aléas fluviaux de la rivière Coaticook à Compton » du Consortium Ouranos paru en mars 2022 et qui évalue l’impact financier des sinistres écologiques versus la mise en place urgente de mesures d’adaptation propres au territoire. La lutte contre le changement climatique est donc possible par des solutions intégrées, multisectorielles, qui s’attaquent aux inégalités sociales, qui différencient les réponses en fonction du risque climatique et systémique, augmentant la faisabilité et l’efficacité de l’adaptation. Les collectivités, par leur connaissance des territoires et leur proximité avec les citoyens, peuvent jouer un rôle majeur dans l’adaptation aux changements climatiques afin de préparer et de soutenir les régions et les populations, via des objectifs clairs et bien définis dans l’espace et le temps.

Le plan d’adaptation 2022 – 2032 de la MRC de Mékinac

En 2021, la MRC de Mékinac a entrepris les démarches pour établir un plan d’adaptation aux changements pour mettre de l’avant des mesures afin de permettre à son territoire de s’adapter aux changements majeurs et aux aléas climatiques qui surviendront dans les années à venir, afin de permettre à son territoire de s’adapter aux changements majeurs et aux aléas climatiques qui surviendront dans les années à venir. Basé sur des études et des projections scientifiques telles que celles produites par Ouranos, le consortium scientifique québécois sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques, le plan a été réalisé en 4 étapes qui respectent le guide Gestion des risques en sécurité civile du ministère de la Sécurité publique du Québec[2]. Ces axes s’articulent autour de quatre volets :

  • Environnement naturel et biodiversité ;
  • Santé, société et développement économique ;
  • Infrastructures et mobilité ;
  • Services municipaux.

À la suite de l’analyse de vulnérabilités et de risques de son territoire, la MRC a adopté une vision commune ainsi que des orientations afin de soutenir divers axes d’amélioration

 

Consulter les résultats du sondage aux citoyens de Mékinac

Vision du PACC « La MRC de Mékinac et ses municipalités s’inscrivent dans le mouvement de la lutte aux changements climatiques par la mise en œuvre d’une stratégie d’adaptation. Axée sur la prévention, l’objectif est de minimiser les coûts reliés aux conséquences du dérèglement climatique au niveau des infrastructures publiques, des services municipaux et des services sociaux. Le bien-être commun et la protection de l’environnement est au cœur du plan d’adaptation 2022 – 2032. »

Orientations des actions
  1. Créer des conditions permettant de minimiser les risques pour la santé physique et mentale ainsi que soutenir l’amélioration du bien-être de la population.

 

  1. Encourager l’engagement des producteurs agricoles, forestiers et des transformateurs dans l’adaptation aux changements climatiques.

 

  1. Favoriser la préservation et la valorisation des milieux naturels, les milieux boisés ainsi que leur biodiversité.

 

  1. Assurer la qualité et la continuité de l’approvisionnement en eau et favoriser une meilleure gestion des eaux souterraines.

 

  1. Aménager de manière plus durable et prendre en compte les impacts du changement climatique dans la conception, la construction et l’entretien des infrastructures municipales.

 

  1. Sensibiliser la population et les acteurs économiques à de nouveaux comportements en lien avec l’évolution des conditions climatiques en renforçant la capacité de préparation et réponse aux catastrophes ainsi que la solidarité et la coopération.

 

  1. Intégrer un axe sur la transition écologique4 dans les stratégies, les plans, les politiques, la gouvernance et les opérations des services municipaux de la MRC.

 

Ressources Web

AgriClimat

« Agriclimat est une démarche initiée par les producteurs et productrices agricoles du Québec dans le but de mieux comprendre les changements climatiques en agriculture et de mettre en œuvre les meilleurs moyens d’y faire face. »

  • Projet pilote pour aiguiller 40 fermes dans une démarche de lutte aux changements climatiques.
  • Bilan des connaissances disponible pour chaque région (plan d’adaptation et fiches de sensibilisation) (À venir pour la Mauricie)

https://agriclimat.ca/les-regions/mauricie/

 

LAVI-EAU-CHAMP

« Regroupement volontaire de producteurs agricoles dont l’objectif est de favoriser le développement durable de leur entreprise en adoptant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. »

  • Suivis agronomiques
  • Aménagements hydriques, plans de dénivèlement
  • Conférence web sur l’horticulture et divers sujets agricoles

https://www.lavieauchamp.com/  

 

Environnement Mauricie (TCRAM)

« Le Conseil régional de l’environnement Mauricie (Environnement Mauricie) est reconnu comme l’interlocuteur privilégié du gouvernement du Québec pour la concertation en matière d’environnement et de développement durable dans la région. »

  • Programme de soutien des municipalités dans leurs actions pour le climat
  • Journée CO2 neutre
  • Colloque eau et municipalités 2022
  • Climat de changement (démarche coordonnée par le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ) et déployée régionalement par Environnement Mauricie. Climat de changement contribue à l’atteinte des objectifs de carboneutralité du Canada d’ici 2050)
  • Économie circulaire Mauricie+
  • Corridors écologiques (mis en œuvre par 10 organismes et soutenus par une centaine d’experts)
  • Milieux humides et hydriques

https://www.environnementmauricie.com/

 

Syndicats des producteurs de Bois de la Mauricie

  • Étudier les problèmes relatifs à la production, la vente et la mise en marché du bois;
  • Favoriser la mise sur pied de toutes autres organisations susceptibles d’aider ses membres;
  • Vulgariser auprès de ses membres, les principes de la science forestière et les techniques de production forestière; Développer tout programme, plan ou activité de mise en marché et de mise en valeur de la forêt privée.

https://www.foretprivee.ca/mauricie/

 

Association forestière vallée du Saint-Maurice

  • Coordonner et organiser des activités dans le cadre du Mois de l’arbre et des forêts (distribution de plants, soutien aux municipalités…);
  • Animer des ateliers et des journées de formation portant sur des sujets d’actualité forestière;
  • Publier un bulletin trimestriel d’information, « Échos de la forêt », et des outils de vulgarisation pour sensibiliser la population aux nombreux enjeux du monde forestier + programmes éducatifs en milieu scolaire;
  • Développer et mettre en marché des visites en milieu forestier et en usines;
  • Soutenir les écoles dans l’élaboration de projets reliés à l’environnement forestier.

https://afvsm.qc.ca/

 

 

Société d’aide au développement des collectivités

  • Évaluation de la maturité de votre organisation en DD par un diagnostic Plan d’action en DD adapté aux enjeux et aux parties prenantes de votre organisation
  • Accompagnement et outils efficaces tout au long du processus
  • Formations-réseautage en DD
  • Soutien dans l’organisation d’événements écoresponsables

Cohorte relance durable (critères d’admissibilités) pour améliorer compétitivité et réduire empreinte environnementale – réduction GES https://sadcvb.ca/developpement-durable/nos-services-en-developpement-durable/

 

OBV SAMBBA

« La SAMBBA a pour mission d’assurer, en concertation avec les acteurs de l’eau, la gestion intégrée des ressources en eau dans la Zone Batiscan-Champlain et de participer à son développement durable. »

  • Inventaires et aménagements fauniques
  • Caractérisations milieux humides
  • Échantillonnages – prélèvements d’eau
  • Géomatique
  • Aménagements riverains
  • Sensibilisation et formation

http://sambba.qc.ca/services/realisations/

 

Bassin Versant Saint-Maurice

« BVSM travaille notamment à vulgariser les notions de gestion intégrée et de développement durable afin de mobiliser la population et les acteurs clés du territoire et les informer des actions possibles pour améliorer l’état de la ressource eau et des écosystèmes aquatiques. »

  • Élaborer plan directeur de l’eau (PDE)
  • Plan de gestion intégré du Fleuve Saint-Laurent
  • Suivi de la qualité de l’eau

https://www.bvsm.ca/suivi-de-la-qualite-de-l-eau

 

CAPSA

« Un organisme de bassin versant reconnu par le gouvernement et un OBNL qui soutient, conseille, agit et harmonise par la concertation la gestion intégrée de l’eau des bassins versants des rivières Sainte-Anne, Portneuf et du secteur La Chevrotière. »

  • Création d’un PDE

https://www.capsa-org.com/les-services/projets

 

 

Conservation de la Nature Canada

Le CNC «œuvre à la conservation permanente de vastes territoires »

  • Conservation: achat de terres, élimination de plantes envahissantes

https://www.natureconservancy.ca/fr/nos-actions/processus-de-conservation/

 

PACES

Le programme d’Acquisition de connaissances sur les eaux souterraines sert à « améliorer les connaissances de cette ressource dans les territoires municipalisés pour en assurer la protection et la pérennité. »

  • Projets de protection des eaux souterraines
  • Cartographie des ressources d’eaux souterraines

http://paces.uqac.ca/

 

RIVE

« Réalisées par une équipe multidisciplinaire (écologie, biologie, géographie physique, aménagement du territoire), les recherches menées au RIVE posent un regard sur la diversité et l’hétérogénéité des processus naturels et culturels qui influencent le fonctionnement des écosystèmes aquatiques et des hydrosystèmes du bassin versant du fleuve Saint-Laurent et des milieux nordiques. »

  • Formations, recherches et publications universitaires sur le sujet

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=2137&owa_no_fiche=73&owa_bottin=

 

Réserve faunique du Saint-Maurice

Gestion des ressources naturelles sur le territoire du parc par la Sépaq.

  • Projets variés sur la conservation de la faune et la flore.

https://www.sepaq.com/rf/stm/amenagement_et_gestion_integree.dot

 

Association des pourvoiries de la Mauricie

« Les pourvoiries ont un lien très fort avec l’environnement. Avouez que c’est quand même assez évident! Situées en pleine forêt, entre les grands conifères et les ruisseaux scintillants, elles tiennent réellement à protéger la faune, la flore et le paysage qui les entoure. La nature est leur terrain de jeux et elles souhaitent que les prochaines générations en profitent également. »

  • Actions posées par les pourvoiries pour réduire leur impact environnemental

https://pourvoiriesmauricie.com/blogue/bienfaits-des-pourvoiries/7-gestes-verts-poses-par-les-pourvoiries-de-la-mauricie/

 

 

 

Association des ZEC de la Mauricie

Les zones d’exploitation contrôlée (ZEC) sont des territoires fauniques structurés (TFS) administrées par des organismes à but non-lucratif.

  • Vulgarisation et accessibilité au système de coupes forestières
  • Encadrement et application de la législation sur le respect des écosystèmes
  • Projet de protection des bandes riveraines

https://www.zecsmauricie.com/

 

Mères au front

« Groupe local du mouvement pancanadien Mères au front qui rassemble des mères et grand-mères propulsées par le désir profond d’agir sur différents fronts pour protéger l’avenir de nos enfants et la vie sur terre face à l’urgence climatique. »

  • Organisation de manifestations pour lutter aux changements climatiques

https://meresaufront.org/

 

Festival western de St-Tite

« Une meilleure conscience de nos habitudes, une sensibilisation accrue de l’organisation et une gestion optimisée nous permettent d’améliorer nos pratiques écologiques. »

  • Politique d’achat local;
  • Travail exemplaire de la firme d’entretien ménager;
  • Recyclage, compostage et centre de tri sur le site;
  • Le nombre de canettes recyclées a augmenté à 83% des canettes achetées dans l’ensemble de nos sites;
  • Conçu de façon plus permanente, l’affichage a été réduit, réutilisé et imprimé sur des matières recyclables;
  • Un service de SMS transmet la programmation journalière aux festivaliers;
  • Un stationnement de 800 places avec service de navettedisponible à l’entrée de la ville.
 

Fondation Trois-Rivières durable – Marché volontaire d’Éclore

«  Le Marché volontaire du carbone d’Éclore est un mécanisme d’échange de réduction de GES converties en crédits carbone certifiés qui n’est pas lié à des obligations réglementaires. En d’autres mots, l’instauration de ce marché à Trois-Rivières dans le cadre d’Éclore permettra à tous les citoyens, organisations et entreprises volontaires de contribuer à la réduction de GES à l’échelle locale et ce de deux façons différentes. »

https://3rdurable.org/marche-volontaire-du-carbone/#:~:text=Dans%20le%20contexte%20d

 

 

 

Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ)

Au début de la chaude saison, Environnement Mauricie a mis en ligne le Répertoire des bonnes pratiques municipales en économie d’eau potable pour les municipalités de la Mauricie. Cet outil, réalisé à la demande des MRC de Maskinongé et de Mékinac dans le cadre du projet Climat Mauricie, répertorie différentes actions réalisées par des municipalités du Québec dans le but de réduire la consommation d’eau de leur collectivité.

  •  Les règlements, politiques et plans d’action : adopter des règlements sur l’arrosage, réaliser un autodiagnostic municipal en gestion durable des eaux pluviales, etc.
  • La réduction de la consommation corporative : remplacer les toilettes, urinoirs et robinets par des équipements certifiés WaterSense, utiliser l’eau brute ou l’eau de pluie pour les besoins d’aménagement paysager, etc.
  • La réduction de la consommation collective : rendre visibles les tarifications et les taxes pour les services d’eau, mettre en place des patrouilles qui effectuent des inspections au sujet de la réglementation environnementale, etc.
  • Les programmes et projets pilotes en économie d’eau potable : le Programme de soutien régional aux enjeux de l’eau, par exemple.

https://robvq.qc.ca/tempo/articles/646/environnement-mauricie-lance-un-repertoire-sur-leconomie-deau-potable 

[1] ONU Info. (2020). Le changement climatique, moteur du doublement des catastrophes naturelles au cours des 20 dernières années. Tiré de https://news.un.org/fr/story/2020/10/1079642 [2] Ministère de la Sécurité publique du Québec. (2008b). Gestion des risques en sécurité civile. Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Tiré de https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/securite-publique/publications-adm/publications-secteurs/securite-civile/activites-formations/sc_formation_gestion_risques.pdf?1583765281.